• Team B[r]EF

L’Europe et le vote entrent à la prison.

Les 21 et 22 mai, une trentaine de détenus ont voté au sein de la prison de L’Hermitage. Une première soutenue par l’association Breizh Europe Finistère.

L’initiative.


« C’est déjà une petite victoire : savoir que grâce au travail que l’on a mené, les détenus de la prison de Brest se sentent concernés par les élections européennes et ont voté. Je crois d’ailleurs que c’est l’une des maisons d’arrêt où il y a le plus d’inscrits, une trentaine je crois ». Le sourire aux lèvres, Josselin Chesnel irradie. Un bon moyen pour communiquer sa passion pour l’Europe.



Coprésident de l’association Breizh Europe Finistère avec Jérémy Gautier, il a répondu à une demande de la Ligue de l’enseignement et proposé cinq ateliers de sensibilisation et d’information sur l’Europe aux détenus de la prison de L’Hermitage à Brest.


« Notre objectif était de sensibiliser les personnes éloignées des choses de l’Europe et les détenus en font partie en étant coupés du monde par leur incarcération, raconte l’étudiant en administration publique. La plupart d’entre eux ne sont pas déchus de leurs droits civiques, donc ils ont aussi une voix à porter et à donner. »

Une Europe, des identités.

En mars, dès la première séance lors de la projection de Sami blood, film qui parle de l’identité régionale, les réactions ont fusé et « ça leur a donné envie de parler de leur propre identité, apprécie le jeune europhile. Comme tous ne sont pas Bretons, ça a ouvert le débat. Ils ont beaucoup réagi à la présentation des institutions, des compétences et aux explications du triangle institutionnel. »

Un café-débat, « avec du vrai café particulièrement apprécié par les détenus », puis le club lecture ont également réveillé les consciences. Notamment des passages du livre Si c’est un homme, de Primo Levi et dans lequel il relate son emprisonnement dans le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz.

Prisonniers et citoyens.


« Ces lectures les ont ramenés à leur propre privation de liberté et ils ont pu relativiser leur histoire personnelle, explique Josselin Chesnel. Toutes ces expériences, ces échanges leur ont permis de prendre un peu de hauteur par rapport à leurs situations et, du même coup, de comprendre les enjeux et l’intérêt d’une institution comme l’Europe. » Depuis, plusieurs détenus ont emprunté ce livre témoignage.

Enfin, la semaine dernière, le 15 mai, une quinzaine d’entre eux ont rencontré, à la prison, Forough Salami, vice-présidente de la Région en charge de l’Europe. « Ils ont partagé avec elle leurs sentiments et leurs envies pour l’Europe, l’ont questionnée sur la politique agricole, la pêche et l’agriculture durables, se sont étonnés à propos des 34 listes, alors qu’à la télévision, ils n’en voient que deux ! »

Cinq jours après cette visite, lundi 20 mai, les détenus concernés ont voté dans la prison. Et Josselin Chesnel est prêt à parier que la participation des détenus sera au-dessus de la moyenne nationale.

Depuis mars dernier, Josselin Chesnel a proposé cinq ateliers sur l’Europe, ses identités, son fonctionnement... aux détenus de la maison d’arrêt de Brest.


Ouest-France


©Tous droits réservés, BreizhEuropeFinistère, Brest, 2020

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram