• Team B[r]EF

[ Lucy ]

VERSION FRANCAISE

LE BREXIT : L’AVIS D’UNE JEUNE ANGLAISE ET SES AMIS


Bonjour ! Je m’appelle Lucy, et je suis étudiante en langues vivantes à l’Université de Nottingham, en Angleterre. Comme la plupart de mes amis qui viennent aussi de Grande-Bretagne, je me considère 100% Britannique mais aussi 100% Européenne. Je veux parler un peu du Brexit et donner mon avis ainsi que ceux de mes amis.

Donc, le Brexit – c’est quoi ? C’est le divorce officiel entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. C’est vraiment compliqué comme situation. C’est bizarre. C’est incertain. Mais surtout, ce n’est pas l’avenir que moi et mes amis voulons pour notre pays. En 2016, 74% des 18-24 ans ont voté contre le Brexit, et aujourd’hui j’ai du mal à trouver les jeunes qui le soutiennent. Nous avons le sentiment que notre avenir nous a été volé, sans autorisation. Je ne pouvais pas voter en 2016 à cause de mon âge, et maintenant les jeunes sentent qu’ils ont perdu leur voix.


POURQUOI LES BRITANNIQUES ONT-ILS VOTÉ POUR LE BREXIT ?


Souvent la xénophobie est présentée comme étant la vraie raison pour laquelle les gens ont voté pour le Brexit, mais en fait on peut trouver d’autres raisons cachées qui explique ce résultat. L’immigration est souvent utilisée comme principale raison, surtout par les hommes politiques, qui essayent d’utiliser les immigrés comme la cause qui explique le manque de financement pour le service de santé, l’éducation, etc. Elle est utilisée pour expliquer la grande division nord-sud du pays (plus de prospérité dans le sud, surtout à Londres), qui encourage plus de tensions entre citoyens. On peut identifier aussi un complexe de supériorité chez les anglais – nous parlons anglais comme langue maternel et nous vivons sur une île, pas sur le continent, qui nourrisse un sentiment de détachement.

Personnellement je crois que la volonté de sortie de l’UE survient à cause du sentiment d’avoir été délaissé par le gouvernement britannique. Ce sentiment a aidé les politiciens à cultiver un sentiment d'« anti-immigration », malgré l’aide que l’UE a donné aux régions du Nord.


POURQUOI LE BREXIT EST PERÇU COMME QUELQUE CHOSE DE MAUVAIS PAR LES JEUNES


Les jeunes d’aujourd’hui ont grandi avec Internet, quelque chose qui n’était pas disponible à l'époque des Baby-Boomers (une génération qui a fortement soutenu le Brexit). Notre monde virtuel est un monde sans frontières. On peut parler avec ceux qui vivent à l'autre bout du monde en une seule seconde ! Grâce à ça, on a des avis différents d'eux à propos des frontières, et on voit moins de différences entre les citoyens des pays étrangers et nous-mêmes, on peut partager nos passions plus facilement.

En tant que jeune anglaise, je ressens une vraie tristesse autour du Brexit. Il y a beaucoup d’opportunités que l’adhésion à l’UE nous apporte, surtout pour les jeunes. L’année prochaine sera mon année à l’étranger, qui est obligatoire si on fait des études de langues à l’université en Angleterre. Si le Brexit n'avait pas eu lieu, j'aurais pu avoir une bourse Erasmus etc. Tout cela a été supprimé par le vote. La planification de cette année va devenir très compliqué car, même plus de quatre ans après le vote, un accord réel n’existe pas.

J’ai eu la chance de voyager en Europe cette année grâce à DiscoverEU, un concours qui donne aux jeunes Européens la chance de faire un Interrail. C'est un programme dans lequel l’UE finance tous les billets de trains – on peut découvrir l’Europe et ses richesses sans soucis d'argent. C’était une expérience fantastique pour moi – j'ai pu pratiquer mon français, mais je suis un peu dérangée parce que les autres jeunes britanniques n’auront pas la chance de le faire.

Le Brexit représente un vrai désastre pour nous, les jeunes. Environ 100,000 emplois au Nord-est sont liés aux exportations vers l’Europe, et 800 millions de livres sterling sont fournis par l’UE pour l’agriculture. Si ces aides financières sont perdues, alors beaucoup de jeunes vont se retrouvent en situation de précarité financière. Nous avons tous peur de cette réalité.


Pour finir, j’espère que les jeunes britanniques pourront trouver une autre façon de voyager, vivre, étudier, travailler facilement dans les pays européens. Ce serait une trahison que nous n'ayons plus accès à ces opportunités.


ENGLISH VERSION (translation by Lucy COOPER)


BREXIT – THE OPINION OF A YOUNG PERSON AND HER FRIENDS


Bonjour! I’m Lucy, and I’m a modern languages student at the University of Nottingham in England. Like the vast majority of my friends from the UK I’m 100% British as well as 100% European. I want to talk a little about Brexit and give both my opinions and those of my friends.

So, Brexit – What is it?! It’s the official divorce between the United Kingdom and the European Union. It’s really complicated. It’s weird. It’s a lot of uncertainty. But above all, it’s not the future that my friends and I want for our country. In 2016, 74% of young people aged 18-24 voted against Brexit, and today I struggle to find young people that support it. We really feel that our future and its opportunities have been taken from us, without permission. I couldn’t vote in 2016 because of my age, and now young people in the same position feel like they’ve lost their voice.


WHY DID BRITISH PEOPLE VOTE FOR BREXIT?


Often xenophobia is used as the true reason as to why people voted for Brexit, but in fact we can find lots of other hidden reasons as to why people did. Immigration is often used as a scapegoat, especially by politicians who try to use immigrants as an explanation for the lack of funding for the health service, education, and so on. It’s used to explain the north-south divide (more prosperity in the south, especially in London), which certainly encourages more tension between Brits. We speak English as our mother tongue and we live on an island, not on the continent, which nourishes a feeling of detachment.

Personally, I believe that leaving the EU is the result of a feeling of the ‘people’ being left behind by the British government, which is felt among much of the population. This feeling helped politicians to cultivate an anti-immigrant feeling, in spite of the help that the EU offers to Northern regions.


WHY IS BREXIT PERCEIVED AS SOMETHING BAD AMONGST YOUNG PEOPLE?


Young people today have grown up with the internet, something that wasn’t available to Baby-Boomers (a generation which strongly supported Brexit). Our virtual world is a world without borders. We can talk to those who live on the other side of the world in one single second! Thanks to that, we have different opinions of borders, and we see fewer differences between citizens of foreign countries and ourselves, we can share our interests easily.

As a young English person, I feel a real sadness around Brexit. There are a lot of opportunities that membership of the EU brings us, especially for young people. Next year will be my year abroad, which is compulsory if you study foreign languages at university in England. If Brexit didn’t exist, I’d have access to an Erasmus bursary, and the chance to study or work in a European country without a visa. All of this has been taken away by the vote. The planning for my year is going to become very complicated because, even over four years after the vote, a real post-Brexit deal doesn’t exist.

I had the opportunity to travel to the continent this year thanks to DiscoverEU, a competition which gives young Europeans a chance to go interrailing. The EU finances this and pays for all of the train tickets – we can discover Europe and its riches without worrying about money! It was a fantastic experience for me, I could practice my French and I’m a little bothered that other young British people will not have the chance to do it.

Brexit represents a real disaster for us young people. Around 100,000 jobs in the North-East are linked to exports to Europe, and £800 million are provided by the EU for agriculture there. If this financial aid is lost, young people will lose out the most, like in all situations of financial insecurity. We’re all fearful of this reality.

In conclusion, I hope that young people can find another way to travel, live, study, work and love in Europe’s countries easily. It would be a betrayal of us all if these opportunities are taken away forever.




©Tous droits réservés, BreizhEuropeFinistère, Brest, 2020

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône sociale YouTube